Entrées de journal pour enregistrer les stock options


Il faut préciser que seul Artprice, détient et protège, au titre de la propriété intellectuelle, le process unique au monde de dématérialisation du Marché de l'Art pour rejoindre la Place de Marché Normalisée et s'affranchir véritablement de l'ancien système des "salles des ventes physiques" que l'on peut aisément comparer avec les corbeilles des bourses et l'arrivée des ECN Electronic Communication Network qui ont littéralement laminé les corbeilles de l'ensemble des places boursières mondiales, en effondrant les coûts d'intermédiation.

A. La notion de stocks ...


We have many questions to which we would like you to give detailed answers. Firstly, why, in your opinion, did the exclusive interview that you gave to Boursica in June about Artprice — presented in several languages on Google and view times so far — elicit so much interest from the public? Interview of June I just think French shareholders are frustrated with politically correct communiqués from companies listed on regulated markets that require doctorate level educations to decrypt.

The first interview recounts in plain language the extraordinary story of Artprice's development, created from scratch 14 years ago, to become the world leader in art market information. The story's appeal is intimately linked to the fact that it concerns, above all, an extraordinary human adventure and with an exceptional team, a huge project considered almost utopian at the time, but which has now become a hard reality, used every day by 1.

In that first interview you talked about Artprice's uninterrupted sequence of unprecedented legal disputes. The company's development therefore hasn't been all roses? Artprice's history has indeed involved many legal battles on different continents. You cannot break into the world's oldest monopoly - the art market - without treading on some people's feet.

But in that interview, I clearly argued that today you cannot judge a company simply by its accounts, balance sheet and annexes. In , non-tangible assets and particularly intellectual property have become, to quote Paul Getty, the petroleum of the 21st century.

IFRS still cannot measure numerous human, financial and scientific factors which are fundamental for appreciating a group such as Artprice. This sort of language may be appropriate for your small shareholder audience, but is it enough for financial professionals!

You cannot imagine the number of fund managers, corporate bankers and financial analysts who have admitted to me that, with that interview, they have at last obtained a really useful insight into Artprice, one that had been lacking in the 10 years of registration documents and regulatory information that has been in circulation.

So in your view, the communication issued by listed companies on regulated markets is simply a coded way of saying nothing? Regulated information, contrary to conventional wisdom, can disclose a lot more than we imagine. Some listed companies should stop railing against the AMF and other supervisory authorities. What I am talking about is the way certain companies conduct a kind of self-censorship.

Who is going to invest in equity on the basis of a quarterly publication that contains very little in the way of concrete reality? The recent communiqués from the banks are of course a perfect example… particularly concerning their stress tests and their risk exposure.

In just three months, we have heard some extremely conflicting information…. Business leaders should have an honest and almost physical relationship with markets and shareholders. Of course, this involves time, endurance and the management of sometimes passionate feedback, but these are the rules of the game. All honest, passionate and full communication leads mechanically to shareholder or fund manager disinhibition because these people are constantly subjected to the dictates of sterile press releases and so when they hear or read something "real", they sometimes go with Artprice.

Let's talk again about the law of 20 July which transposed the European Services Directive into French law, and about its impact on online auctions. What does this mean for you? It represents a huge victory for us after eleven years of legislative hell, European lobbying and a merciless war against a small cast of individuals that was hell-bent on perpetuating this monopoly which has survived since to the 21st century.

All kinds of twisted strategies have been thrown at us… but they have only strengthened our confidence that we had, in the form of Artprice's Standardized Marketplace and the behaviour logs of our 1. The legal allegation of concerted practices that Artprice has filed with the anti-trust authorities is currently being investigated and it contains some highly incriminating information for our opponents. This case will no doubt generate some very interesting news in the near future. This hard-headed determination to resist change by what you call a "cast", does it have its roots in an economic logic or in a simple loss of social status?

An old rule says that the degree of aggressiveness of the opponent tells you, in real time, the distance you are from the vault where he reigns supreme. From this point of view, with trials of which have been won on different continents see the first interview , we were sure, without a shadow of a doubt, that we were extremely close to acquiring, legally, this monopoly without an abuse of a dominant position.

I would liken our war with the old guard to the process described in Tomasi of Lampedusa's The Leopard — a perfect metaphor for what we have experienced. Indeed, 1 September is the date of application of the law, but I invite you to read Article 5 where are obliged to wait for a joint Order from the Ministry of Justice and the Ministry of Culture concerning the movement of cultural assets. This Order will soon be declared. I should clarify that an Order is not subject to any legislative debate and, as its name suggests, allows uniquely for the determination of the applicative methodology of a given piece of legislation.

There is therefore no risk that a third party could slow down in any manner whatsoever this unilateral communiqué. Some of our members told us the Figaro newspaper had decided to launch itself in the auction world. Nothing new… I remind you that the Dassault family is both the owner of Figaro and one of France's major auction houses, Artcurial. For years, the Figaro has run full-page advertisements for Artcurial. It was therefore natural that the Figaro, under its own brand, should promote the sales of the auction houses in its own group amongst others , but the Figaro, as a legal entity, is not an operator within the meaning of the Act of 20 July I remind you that for several years now Artprice, through a partnership, has been providing almost all the data and text for the Special Issue of Figaro Fine Art - Guide to the Art Market.

Specifically, how will auctions on Artprice actually take place? Will it be like eBay? Our model is primarily based on clearly identified members. Thanks to an agreement we have signed with Interpol's Stolen Works of Art database, on our system, buyers can check at any time, from any page in our site, whether the artwork being presented for sale is subject to any claim, search warrant or ownership dispute.

Unlike the well-known public auctions services, Artprice imposes on its customers a permanent legal presence which I believe provides the confidence necessary for the success of our Standardized Marketplace as an online auction broker operating remotely by electronic means.

In effect, Artprice has been working over the past 5 years with nearly 70 criminal investigation departments around the world allowing Artprice to build an unrivalled level of Internet confidence that is strengthened by its constant collaboration with artists, beneficiaries and experts.

However, our real advantage is our decision to set up escrow accounts with release instructions in which Artprice has conceptualised all possible legal scenarios to ensure that its online sales are indisputable and can be conducted with a level of confidence rarely equalled on Internet. This escrow principle is the same principle used by notaries and lawyers in transactions. So I will briefly describe the process: You know the golden rule… a crook will never pay for something in advance.

In our framework, the seller has a strong guarantee with the money transferred to a trusted third party. Then, after a highly codified set of procedures, the buyer will definitively validate the sale and give the instruction to release the funds so that the seller can collect the proceeds of the sale and Artprice, in turn, can receive its commission, ranging from 4. Our great strength is that we start with a database where each of our 1.

So according to you, the security on Artprice would be almost greater than at a traditional auction house. Indeed… I would say that our excellent knowledge of the digital economy, combined with our highly advanced computer systems and our unmatched attention to the legal dimension, means that our auctions and other services enjoy a better level of security than that which obtains in the old economy.

According to the French Payment Cards Economic Interest Group, we have had, for over 10 years, one of the lowest rates of credit card rejection. In our first interview you described exactly how Artprice can, on its Marketplace, meet the demand of a client wishing to sell, for example, a sculpture by Armand: Since then however, you have reported further progress; what is that?

Once again, the art market is still way behind the global reality. We must remember that we went from 50 million Internet users in to over 2. In , we will largely exceed the three billion threshold. That is why, we have received from around the world — after the law passed on 20 July — a number of highly interesting proposals from groups operating in the art market and financial groups who believe that just as the virtual stock market replaced the old trading floor, so our Standardized Marketplace is not just an option… but an obligation!

I remind you that our parent Group Server, of which I am the founder, has been on the Internet since What exactly are we talking about here? Potential clients or potential competitors for Artprice? In the first interview, I clearly explained that Artprice's Standardized Marketplace is subject to massive intellectual property protection, and on a number of different continents.

So we are talking about potential clients and major accounts. What do you mean by potential clients? Indeed, that figure is correct and confirmed.

I'm talking about new clients and groups, mainly Asian, relatively young and very wealthy, who cannot envisage the art market of the 21st century, so they say, without a business or capitalistic alliance with Artprice's Standardized Marketplace.

They bring us community networks, hundreds of thousands of buyers and sellers, because they rightly believe that the art market will take off seriously when the intermediation margin collapses, which according to the Council of Voluntary Sales, is about Despite a dominant position, there are still — especially in Asian countries like China, of course, the world's no.

Our partners have fully understood the value-added they bring us and they have integrated, contrary to what is generally believed, the insurmountable barrier of intellectual property that is indeed a very substantial barrier to entry cf Apple vs.

So they modelled — with large sums of money that no European is able to commit — a war machine by using affinity marketing to piggyback our Standardized Marketplace.

For them, the cards have been dealt, and some of them are already forecasting their IPOs. It's not for nothing that we are patiently preparing the opening of a subsidiary and data rooms in Hong Kong which is the testing laboratory of the People's Republic of China and the gateway to all of Asia. Hong Kong is already one of the top five capitals of the global art market. So does this mean in concrete terms that Artprice is going to participate in IPOs?

We need to understand that the crisis which started in is, in my opinion, a sign of the decline of the West and certainly not just another recession. I have no time to lose. While in Europe, it takes me three months to get an appointment with a key player, in Asia, we are already drafting memoranda of understanding. As such, it is clear that Artprice will use for its own account all the interest of future IPOs of these major players whose projected funding will, in some cases, be larger than Sotheby's, which is listed on the NYSE.

I am thinking, for example, of Poly International Auction, a leading Chinese auction house that we have known physically for a number of years and which is preparing its IPO without the slightest concern for the collapse of Western financial markets. There are also a large number of players who have understood the sociological mechanism of art fairs and biennials and found in the social network, Artprice Insider that we have been developing for nearly two years with sociologists, market players and its members a revolutionary way to perpetuate an art fair, which by nature is an ephemeral phenomenon, but nonetheless necessary.

Ultimately, yes… but in practice, of course not… they will still continue and will act as the highlights of art news, the continuity of which, throughout the year will be on Artprice Insider amongst other sources.

Here again, we had to patiently deconstruct the socio-economic mechanism of international fairs. To understand this revolution, dealers and galleries, in the s, considered international fairs as a way to boost their sales.

Today, their main concern is to exchange information with their clients and colleagues and, at the very least, to earn enough to cover the cost of their stand. Again, we replace an expensive and ephemeral physical network by a low-cost and permanent digital network. We must not forget that there are more than international art fairs a year, which is a heresy from an economic point of view.

Only historical and powerful Fairs such as the FIAC — with whom we have jointly edited for the last 5 years the bilingual annual report on the Contemporary Art market — will survive. In the current economic crisis which is unprecedented, is art really a safe haven?

Many studies by economists, sociologists and researchers have been published in the 20th century on the profitability of artworks, but these researchers did not have right econometric tools. They used, in general, arithmetic tools which were based on a comparison approach; but this approach induced errors since their studies involved a heterogeneous market type, as I explained in the first interview. To recap, we can trace a work that has been identified and "standardized" by us from a sales catalogue in as it is sold at auction regularly through the subsequent decades.

Our system allows us to be sure it is the same artwork. We therefore know its value and performance year by year, and for this reason, we are the only company in the world to have a flawless econometric method base on repeat sales that can be applied to all "homogeneous" works. That's why we set up indices and tools from the financial milieu that measure the performance of Old, Modern and Contemporary art.

Our statistics show without any doubt that in certain price ranges and concerning certain artists or specific works, the price performance is almost constant, regardless of external factors, including the collapse of financial markets. That seems to suggest we could have derivative instruments based on the art market? Indeed, we have international partners from the private banking and finance sectors who, together with our data, are preparing the securitization of artworks for which we own the entire history of prices and indices.

We should not forget that artworks were involved in the launch of the first banks in Europe and for many centuries they were used as pledges and guarantees and as vehicles of fiduciary value. Mainly financiers, who usually have good knowledge of the art market and who believe that these derivative products — backed by the reliable indices that we produce — give them additional protection against stock market volatility. The first marketing tests have been very positive.

Clients of private banks or family offices more than 30 million HNWIs around the world were very receptive to this type of financial asset. Why do you think that — faced with such revolutionary changes — the existing structure of the Western art market is so conservative? I would not be quite so categorical. The older generation is indeed at least 30 years behind because it was mainly negotiating works by deceased artists.

This gave them the certainty that very few new works by the artists would appear on the market. Today, mainly in Asia but also in North America and Europe, Contemporary living artists often produce more than their Modern peers who, according to art history criteria, are all dead.

So we are in the presence of nearly a million recognized artists, living exclusively from their work, with an average sale price on the primary market of 8, to 15, euros galleries and to the secondary market auctions of 30, - 70, euros.

Artprice is the only company in the world with full biographies and index data for these artists. Hence the fact that the primary and secondary markets are constantly on Artprice in both free and paid access.

To illustrate the backwardness of the older generation, I will give you a very telling anecdote: It's terrifying to hear such nonsense from such a distinguished and otherwise learned CEO; the number of Internet users worldwide is today well over 2. The old guard is indeed a long way behind reality. Under the "key person" section of the chapter on "Risk Factors" in your Registration Document, we learn that you have yourself been an artist-sculptor for 30 years.

Is this intimate knowledge of artists a special advantage? Yes indeed, my status as a sculptor-artist allows me to be at the heart of the arts community and to understand its evolution, its changing needs, its problems and its ambitions. It is currently one of the largest sculptural installations in Europe. In less than 20 years we have moved from traditional oil paintings for which the drying-time on the canvas took months to a world of acrylic paint and technological and industrial innovations that allows sculptures and installations to be produced in weeks not months.

Hence the volume of artworks produced in the world has been multiplied by 20 in less than 25 years. The explosion of this market — which now affects a multitude of generations and social statuses with nearly million non-professional buyers, collectors and art professionals — is being fuelled by the falling unit production cost of the artworks, making them accessible to a much broader public.

Yes that's true, but these young artists, via the Internet and thanks to our Standardized Marketplace, where each has a dedicated space, know how to adapt very quickly to the market correction, by reducing their production or by moving to continents where there is a stronger economic growth. Facing them is a generation of old players who are sometimes forced to stop sales or block already printed catalogues because the price correction can occur much faster than it takes to organise a conventional auction sale, which requires a minimum of 4 to 9 months preparation.

Ultimately, today's artists have acquired, intuitively, a reaction to the market close to that of the best merchants. The myth of the "cursed artist" is gone forever. Is this one of the things that attracts most of the entire world's auction houses to Artprice? Of course, the auction houses, with Artprice's Standardized Marketplace, will be able to build or modify their auctions on a daily basis through our secure intranet, literally sticking to the market with the certainty of growing sales in our ultra-qualified client database, which is the largest in the world today.

So what used to take six months — i. We have colossal resources in terms of servers and bandwidth overcapacity, because we are, through Server Group, our own operator; we distribute our data free or in rare cases with very low prices to academic establishments, art schools around the world, artists' associations, copyright companies, art historians, researchers, etc I don't mind saying that we aim to make any person in the world that has any relation to the art market or art history an addict of Artprice.

In , Artprice provided free data for nearly 54 million visitors. As long as we do not lose money, we are perfectly happy to create this addiction that has penetrated almost all the institutional and private organizations interested in art around the world. You have to be very patient, but with the growth of the Internet, Robert Metcalfe's law applies: Following the first interview, you had a dispute with Artnet.

What was that about? Artnet, which is not in the same business as us, had to lower its guard on the comments contained in the interview that we maintain in every way as we have launched proceedings against them for violation of our intellectual property rights. By the way, I would like to adjust what I said in the first interview by indicating that in a single trading day Artprice represents a volume of transactions in the year equivalent to about 3 months of trading Artnet.

In addition, we note that Artnet exited the official market in September to enter the free market in Germany, which is a terrible regression for both its shareholders and for the company. Once again, the market is an instinctive animal. These figures clearly indicate that the market has made its own investigation, commissioned its own studies and investigations at the heart of the Art Market. You do not exchange million euros in nine months of transactions by accident, especially during the worst stock market crash in history.

In old stock market lingo, I would say that we spoke the truth to the market, and the market has fully heard and replied in both volume and price. Are your targets the same as in our first interview in June , despite the crash this summer? This price was a simple return to normal before France decided to exasperate Europe for 5 years by its pathetic refusal to transpose the reform of the auction market, particularly, the electronic aspect.

I seriously maintain that our target price should be at least 67 euros which was our highest quoted price before the creation of the Standardized Marketplace in We have fulfilled all the commitments of our listing prospectus. In fact we are way ahead of the commitments in the prospectus. I remind you that we have reached 58 euros, in very substantial volumes, and there are still three months to go… I therefore reiterate that the old stock market adage: Artprice has proved that this adage applies to it beyond any doubt… even in times of crisis.

I will answer you simply by quoting the theorist Antonio Gramsci "there is a crisis when the old world will not die and the new world cannot be born". Remaining with the metaphor, "the world is one big family in which in Europe I find an old friend plagued by a long incurable disease. Then in Asia, I am faced with a teenager full of energy and insolence, and as I return to the States, I see an obese man who refuses to see his condition and continues his bulimic frenzy".

These words should make us understand that the crisis is now existential and it requires additional soul and history, without which we are heading straight into the wall. He was simply iconoclastic and had the ability to accomplish his dreams by embodying them in the computer industry that is indeed a merciless arena. His passion allowed him to imagine and conceptualize the 21st century. I would describe him more as a philosopher of the digital age and of nomadism than as an entrepreneur.

I am sure that where he is today, he is already preparing the version 9. Please allow me to repeat the question I asked you in the first interview: I reiterate that we have kept our commitments beyond the listing prospectus of , passing through the crisis of the NASDAQ in , the attacks of 11 September , the Iraq war of , the huge financial crisis that started in and that has now become a colossal state debt debacle.

I know very few companies listed on the regulated market that have survived without ever having carried out capital increases, and which have gained, during this period, a world leader position! To read the first interview: Le rapport financier semestriel au 30 juin est disponible: En effet, bien que l'ensemble des décisions rendues dans le cadre de ces 5 procédures a été plus que favorable à Artprice, puisque la 3ème chambre, notoirement connue, spécialisée du TGI de Paris qui traite exclusivement en ses quatre sections des affaires de propriété intellectuelle et dont, à ce titre, les décisions font autorité en la matière a confirmé, notamment, l'inexistence de droits d'auteur sur les catalogues de ventes, Artprice a dû, pour sa défense, engager de très importants frais de procédures avocats, très nombreuses mesures conservatoires par huissiers, ressources interne.

Pour mémoire, depuis , seules 5 Maisons de Ventes parisiennes, ayant des liens entres elles, sur 3 Maisons de Ventes dans le monde, ont créé de toutes pièces, ce litige infondé au regard de la réglementation de la propriété intellectuelle et ont toutes renoncé au bénéfice de la Cour d'Appel à l'exception de Camard, dossier particulier dans lequel Artprice a engagé, par ailleurs, des poursuites pénales.

Ce dossier est en cours d'instruction. Cette stratégie de gratuité intégrale mise en place pour sa Place de Marché Normalisée était nécessaire à Artprice pour être un acteur mondial incontournable de la libéralisation des ventes aux enchères d'art, par voie électronique grâce à la Directive européenne sur les services. Les capitaux propres en comptes consolidés sont du même ordre à 12 kEuros.

Ces résultats confirment la maîtrise des coûts d'exploitation en période de crise économique mondiale et notamment sur le marché de l'Art. Artprice en 14 ans, a mis en place l'ensemble des process industriels permettant de limiter l'effectif à une moyenne inférieure à 40 personnes pour un groupe où les charges, incluant Artprice Images R , demeurent inchangées jusqu'à 30 ME de C.

Artprice n'a aucun emprunt obligataire, une dette bancaire proche de zéro et dispose d'une trésorerie conséquente et ne prévoit aucune augmentation de capital, ce qui est sa stricte ligne de conduite pour ses actionnaires depuis son introduction en Il en est de même avec l'Artprice Global Index selon l'indice des prix selon la méthode des ventes répétées.

Voir infographie dans Les Echos du 10 août. Cette confiance se retrouve sur tous les continents. Face à la crise financière et économique mondiale qui sévit à nouveau violemment, Artprice constate, à nouveau, comme en , une progression extrêmement importante du nombre d'oeuvres mises en vente sur sa Place de Marché Normalisée, avec une accélération des achats-ventes.

L'analyse fait ressortir que la durée moyenne de mise en vente d'une oeuvre est de plus en plus courte. Certaines oeuvres d'art n'excèdent pas quelques heures de mise en ligne, traduisant ainsi un rapprochement immédiat de l'offre et de la demande.

On peut en toute logique considérer que la crise économique est une opportunité de forte croissance pour la Place de Marché Normalisée d'Artprice. En effet, l'histoire du marché de l'art comme tous les marchés, tend naturellement à privilégier le circuit le plus rapide, le moins coûteux en terme de frais, le plus liquide et celui qui permet de trouver un prix de marché en temps réel avec une masse critique d'intervenants et bien sur, une information transparente sur l'intégralité des prix et indices.

La Place de Marché Normalisée d'Artprice répond exactement à ces cinq points. Artprice avec son modèle de gratuité pour sa Place de Marché Normalisée absorbe ainsi plus rapidement que prévu le marché mondial des ventes de gré à gré. En , Artprice confirme avoir constaté un volume d'environ 6,3 milliards d'euros d'oeuvres d'art avec un taux de ventes estimé à environ, de l'ordre d'un tiers sur lesquelles Artprice n'était pas commissionnée. L'histoire de la dématérialisation du Marché de l'Art est en train de s'écrire avec la plume du législateur et de la Directive Européenne selon les propos des historiens, sociologues et des professionnels du Marché de l'Art.

Artprice est donc prêt, avec la promulgation de l'arrêté, à répondre à la demande de plus de 3 Maisons de ventes partenaires et près de experts qui ont déjà manifesté de manière concrète le besoin impératif de rejoindre la Place de Marché Normalisée d'Artprice pour maintenir leurs rangs dans le Marché de l'Art mondial et passer le cap vital de la dématérialisation des ventes aux enchères d'art où Internet, et plus généralement, la révolution du numérique, ont littéralement broyé l'économie des salles des ventes physiques.

De véritables révolutions dans le marché de l'Art sont en marche, avec notamment la Maison de ventes chinoise Poly International Auction, qui est une des principales partenaires d'Artprice en Chine va s'introduire prochainement en bourse et où, sa capitalisation serait selon des sources sérieuses, à minima égale à celle de Sotheby's.

Leur vision du marché de l'art est rigoureusement identique à celle d'Artprice à savoir, une dématérialisation et une normalisation du marché de l'art pour accélérer le flux des transactions. L'ensemble des process industriels d'Artprice formant ses banques de données est déposé et protégé par l'A. Ce savoir-faire unique au monde est parfaitement expliqué dans la vidéo en 5 langues qui décrit Artprice: Selon thierry Ehrmann, fondateur et P.

De nouvelles applications dédiées sont en préparation avec bien sur, les enchères en ligne et la mise en place d'un réseau social nominatif et professionnel pour ses membres: La théorie des réseaux sociaux est un champ extrêmement actif dans le milieu universitaire et c'est à ce titre que Artprice s'est entre autre entouré, depuis fin , d'universitaires et sociologues reconnus par leurs travaux, spécialisés en réseaux sociaux professionnels.

A terme, les Smartphones Internet vont ainsi permettre à Artprice de doubler le CA Internet à une vitesse bien supérieure à l'Internet fixe. Pour information, 3,6 milliards de personnes auront accès à Internet en source: Mi- , Artprice, par ses départements Marketing et Informatique, a lancé un abonnement dédié spécifiquement aux Smartphones incluant les différents O.

Androïd de Google, Smartphone Windows phone, I. Les clients d'Artprice peuvent avoir les dépêches de son agence de presse ArtMarketInsight spécifiquement formatés pour les Smartphones. Selon thierry Ehrmann, très peu d'applicatifs d'information dans le monde ont réellement besoin d'une information en temps réel d'où la mise en place de campagnes marketing très puissantes sur ce produit.

Artprice confirme aussi la croissance à 3 chiffres en de My Art Collection by Artprice service gratuit , le portefeuille d'oeuvres d'art associé à l'ensemble des services d'Artprice accessible aussi avec une application smartphone.

Du fait de la crise économique et financière mondiale qui a changé, en une décennie, la géopolitique du Marché de l'art mondial, la quasi totalité des maisons de ventes dans le monde, et principalement asiatique, se rapproche d'Artprice qui travaille avec elles en étroite collaboration depuis , pour réaliser, dès l'adoption de la Directive Services relative aux enchères publiques, notamment par voie électronique, leurs enchères en ligne grâce à la Place de Marché Normalisée d'Artprice et ses 1,3 million de membres dans plus de 90 pays.

Au delà de sa Place de Marché Normalisée, Artprice possède le fichier clients qualifié fine Art le plus important au monde. Ce fichier clients conservation des logs de comportements clients en accord avec les différentes directives est, dans le marché de l'Art, la base de la réussite d'une vente aux enchères cataloguée depuis la naissance des enchères d'Art en Europe au début du XIX siècle.

Ceci explique le fait que l'écrasante majorité des Maisons de Ventes dans le monde, qui ont compris l'apport précieux dont pouvait leur faire bénéficier Artprice, sont partenaires et clientes d'Artprice. Les chiffres parlent d'eux-mêmes: En , l'offre était de 2,7 milliards d'euros d'oeuvres d'Art.

En , l'offre était de 4,32 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. En , l'offre était de 5,4 milliards d'euros d'oeuvres d'Art. Des chiffres qui ne seront jamais atteints. L'investissement sera de deux millions d'euros et immobilisera les cabines pendant trois mois. Il verserait ensuite une redevance annuelle. Et cela peut changer tous les quarts d'heure! En ce qui concerne le site web http: Pour le reste, on verra bien. Un projet qui a convaincu les membres du GLCT.

Comment se passe la saison estivale? Le programme est vaste. Il se rapproche plus des ascenseurs urbains ou des anciens funiculaires qui avaient pour but non seulement le transport mais aussi la mise en valeur d'un territoire et sa perception. Pour visionner le reportage il faut installer sur votre ordinateur soit VLC media player soit Windows Media Player soit Quick Time soit Real player les 4 sont gratuites ] http: Cliquer pour visionner les photos: Cette filiation permet de garantir une transmission authentique des enseignements du Bouddha.

Suivant les principes fondamentaux du bouddhisme, les cours sont libres et gratuits. La cotisation annuelle est de 35 euros.

Elle ne livrera aucun chiffre. En hiver notamment, les affaires sont difficiles. La commune donne un accord de principe. Pour visionner ces articles http: Les coupures de courant se multiplient. La balle est maintenant dans le camp des avocats. Radio Zones contre des oligarques russes: Depuis quelque temps, la radio associative Radio Zones Radio Zones continue donc sa lutte.

Tout ce que voudrait ses membres, c'est que la famille Gimalov respecte ses engagements. De plus, il avait fallu 7 ans aux fondateurs pour trouver ce premier emplacement. Leur budget est minime: Pile dans la descente du Mont Sion, vers la pente, Pomier, premier lieu qui visualise le lac. Certainement pas mes enfants. Originaire de Beaumont, la famille Girod est surtout connue pour la fromagerie qui porte son nom.

Quand je touchais les murs, tout bougeait! Nous avons toujours des retours positifs. Il en sort trois fois par jour pour prier. Plus de peur que de mal. Un randonneur a perdu la vie samedi Les secours n'ont rien pu faire. Dans la montage, une lampe torche, sans doute brandie par la randonneuse, indiquait son emplacement.

Surprise par la nuit, cette personne se serait perdue. On est en ! Suivant les indications de ses deux amis, il se rend seul sur place. Samedi 3 octobre Sur ledit placard, on peut lire: Un dessin montrant un homme qui chute dans la falaise indique clairement le danger.

On en sait plus aujourd'hui: N'en savant rien, l'habitante a fait preuve de sang-froid. Entre temps, elle montrait aux pompiers Une opinion qui se veut bienveillante: Assez vite ils se sont rendu compte de leur erreur.

Les deux amis ont pris peur et n'ont eu d'autres recours que d'appeler les secours. L'homme a atterri aux pieds d'un second randonneur, qui marchait plus bas. Le corps de la jeune femme gisait au pied d'une barre rocheuse.

Cependant, il n'est pas rare de voir ce genre d'information. Les chemins et voies d'escalade sont souvent glissants. Les recherches ont repris au petit matin avec l'aide des sapeurs-pompiers de Saint-Julien et du secours en montagne. Source le messager et http: Jeudi 23 juin Au milieu du groupe se trouvait un ouvrier confiseur de M.

Aux environs de dix heures et demie, des agriculteurs qui travaillaient dans un champ du secteur entendirent un cri terrible - un seul. Blanc, maire de Collonges. May 30, by Ellen Wallace. Her body was found Friday by a foreign student who slipped while hiking in the same area, and he spotted what he believed to be a body.

Mais est-ce que cela suffira? Courageux certes mais inconscient. Sentiers dangereux Voir aussi: Le terrain, souvent mauvais, ne permet pas un assurage correct. Par beau temps, la vue est splendide: La suite du sentier est parfois un peu floue; suivez toujours le balisage bleu points bleus sur les arbres.

Une totale absence de vertige est requise. L'ayant parcouru plusieurs fois, il fallait que je retourne sur ce sentier. Plus loin, j'ai pris le sentier montant du Pas de l'Echelle en direction de Monnetier. Il fallait absolument des habitations. On les utilisait souvent pour en faire des seuils, escaliers et linteaux. Or on ne trouve pas de granit dans le Genevois. Un peu plus loin, la vire devient un peu plus large et le sentier continue dans les sous-bois.

On se trouve bien haut par rapport au sol. This trail is borderline insane. That video was filmed in Spain. After a couple of deaths the trail is closed to the public since and you can get a fine of euros but climbers still use it under their own risk. Il faut suivre les marques rouges et ignorer les marques bleus. Je recommanderai aussi de prendre avec soi une corde de 10m, des bonnes chaussures de montagne.

Christelle Fotos de Christelle 4 septembre Le sentier continue ensuite droit au-dessus du Rocher des Buis pour atteindre une vire que l'on va traverser en ascendance vers la droite. On le rejoint un peu plus haut. Vers la droite, on arrive alors dans le sommet de la Petite Gorge.

Il suffit simplement de se souvenir qu'il s'agit de suivre le pied de la paroi Le sentier se poursuit sur un sol terreux, souvent recouvert de feuilles.

Montez ensuite sur votre gauche une bonne pente remplie de rochers et de cailloux alt m. Soyez ensuite attentif en traversant plusieurs pierriers, la pente est raide et on provoque facilement des chutes de pierres, en plus d'en subir. Suivez le balisage rouge. Toujours le balisage rouge. Le sentier se poursuit sur un terrain terreux, souvent recouvert de feuilles. Montez ensuite sur votre gauche une bonne pente remplie de rochers et de cailloux alt m env. Soyez ensuite prudent en traversant plusieurs pierriers, la pente est raide et on provoque facilement des chutes de pierres, en plus d'en subir.

Vous pouvez faire une pause sur une petite esplanade jolie vue avant de poursuivre. Un petit pas de grimpe facile; suivez le "guide rouge". Attention de ne pas glisser lors de certains passages terreux recouverts de feuilles.

Vous taversez une ravine prudence et vous arrivez sur une petite plateforme beau point de vue. Continuez de suivre le balisage rouge. Le sentier monte assez raide beaucoup de cailloux et une succession de petites parois rocheuses. Vous suivez alors une sente assez raide mind your step. Suivez le balisage jaune en longeant la paroi.

Le coin est magnifique et justifie une petite pause que vous pouvez prendre en remontant un peu dans le ravin , vous le traversez et retrouvez alors le sentier terrain glissant, prudence. Continuez plein ouest et vous rejoignez le sentier de la Grande Gorge que vous redescendez. En plus des avertissements habituels pour cette montagne, je rappellerai que: L'embranchement de droite donc gauche dans le sens orographique est impraticable.

Venant de la Grande Gorge, il faut traverser le premier embranchement afin de rejoindre l'embranchement de gauche. Ne pas la suivre, mais rester sur les hauteurs vagues traces de peinture jaune et orange. Pour gagner le sentier des Buses, il faut remonter un bout du Sentier de la Grande Gorge. L'embranchement est bien visible, puisque des marques jaunes indiquent "Buis, Petite Gorge".

Vous partez en direction de l'Ouest et suivez le balisage "Grande Gorge Nord". Plus bas, le sentier serpente dans un grand couloir terreux et caillouteux; attention, c'est un peu "casse gueule".

Petit coup d'oeil sympa sur la falaise. Mais cela reste une montagne. Le sentier du Solitaire quitte le sentier de la Grande Gorge, juste avant que celui-ci ne remonte le Creux du Feu le raide et sombre couloir se trouvant au-dessus du Rocher de Onze Heures. Il suit au mieux le pied de la paroi. Il vaut mieux toutefois remonter la Petite Gorge. Une des plus grandes peurs de ma vie. Il est le plus haut des deux chemins qui permettent de rejoindre la Grande et la Petite Gorge.

Aux Eaux Belles alt. Sortie du vendredi 13 novembre Après voir rejoint la Route 41 la Tamiami direction sud nous atteignons enfin le centre de Naples.

Notre résidence est toute proche de l'artère commerçante la 5th avenue. Par contre elle est très vieillotte et aurait besoin d'être rénovée. Nous partons faire des courses et ne trouvons rien de très intéressant à proximité. Nous nous arrêtons dans un Wal-Mart. Le choix n'est pas terrible mais ils ont de bons prix pour tout ce qui est parapharmacie et compléments alimentaires.

Ensuite nous allons nous promener sur la 5th avenue jusqu'à la plage d'un côté et la Route 41 de l'autre. Les boutiques sont très attractives et les environs très plaisants. Pour le diner nous décidons d'aller sur le bord de l'eau à Tin City, une attraction locale qui ressemble à un marché aux puces couvert.

Le restaurant du bord de l'eau fait partie de la chaine Pincher's. Nous y avons pris du poisson et du crabe pour un prix raisonnable.

Dimanche 19 juillet Réveil de bonne heure vers 6h. Nous partons pour la plage vers 11H avec notre picnic. Le sable est très blanc et éblouissant. L'eau est bien chaude et nous en avons bien profité pour faire des longueurs pendant un bon moment.

En fin d'après midi nous sommes allés repérer plus au nord sur la route 41 un endroit pour louer un kayak. C'était dimanche et du coté du Naples la plupart des commerces étaient fermés. En fin d'après midi nous allons nous promener dans le "centre historique" constitué de quelques rues proches de la jetée en bois pier.

Tout est très chic que ce soit les commerces, les restaurants, les maisons Il fait encore très chaud à cette heure là. Mardi 21 juillet Lever vers 8h et petit footing matinal dans les rues environnantes et sur la plage.

IL y a très peu de monde dehors. Il fait déjà très chaud. C'est l'heure des jardiniers et des travaux de construction. J'en profite pour prendre des photos des rues et des maisons sur le chemin du retour. Tout est très propret, résidentiel et chic ici. En fin de matinée nous arpentons les boutiques de la 5th Avenue. Vers midi nous allons faire du shopping au grand Outlet des environs: Il se trouve à environ 30 mn de Naples tout proche de la I75 sur la sortie Il y en a pour tous les goûts et le prix sont intéressants.

EN fin d'après midi nous sommes allés à la plage. Le soleil de tapait plus et l'eau était toujours bien chaude. La mer était un peu plus agitée que les jours précédents ce qui rendait la nage plus difficile. Pour le soir nous sommes offert un extra: Mercredi 22 juillet Lever tardif. Nous allons sur la 5th avenue dans une boutique que nous avions repéré et a des vêtements vraiment originaux et très sympa: Nous allons faire les courses dans un supermarché bio que nous avions repéré presque en face du grand Publix sur la route C'était un peu cher mais bien.

Nous avons terminé les courses au Publix en face. Comme nous venons assez régulièrement en Floride depuis quelques années nous avons pu constater la montée en puissance des produits et rayons bio dans les magasins de la chaîne Publix. Les prix y sont tout à fait abordables également. Après midi plage, lecture et baignade jusqu'assez tard.

Jeudi 23 juillet Lever tardif et lessive avant que tous les autres résidents ne s'y mettent la veille du départ. Il se met à pleuvoir dru. EN début d'après midi nous partons pour le zoo de Naples qui se trouve un peu plus haut sur la route Le zoo est petit et d'un intérêt moyen.

Au retour nous préférons rester tranquilles à lire dans l'appartement climatisé. Le soir nous choisissons un restaurant de poissons le Bonefish sur le bord d'une marina pas loin du centre. C'était bon mais un peu cher et surtout sans aucun poisson local sur la carte. Vendredi 24 juillet Lever vers 8h Le temps est couvert et il sa met assez rapidement à pleuvoir. Dans l'après midi une éclaircie fait son apparition et nous en profitons pour filer à la plage équipés légèrement sans parasols ni serviettes de plage.

Nous nous sommes baignés mais nous n'avons pas nagé à cause des vagues. Vers 17h la pluie s'est remise à tomber et il a fallu lever le camp rapidement. Nous avons prévu de mettre livres et liseuse électronique dans des sachets en plastique pour les protéger des la pluie car rien n'échappe aux averses tropicales. Pour notre dernière soirée à Naples, nous allons diner au bord de l'eau juste en face de Tin City chez Kelly.

Résultat mitigé puisque l'un des plats le mahi-mahi était immangeable car mal cuit. De retour à l'appartement, nous terminons nos bagages. Samedi 25 juillet Lever à 8h30 pour le départ. Nous sommes prêts à 9h30 car il faut libérer l'appartement pour 10h maximum. Il pleut encore en continu.

Même si ce n'est pas une grosse averse tropicale, il faut néanmoins charger la voiture sous la pluie ce qui n'est pas agréable du tout. Nous pensions rester à la plage à Naples et ne partir que dans l'après midi, mais dans les circonstances présentes nous préférons faire la route immédiatement.

Nous faisons une halte au starbuck tout proche sur la 5th avenue pour prendre un petit déjeuner. Notre prochaine destination est plus au nord à Bradenton Beach.

La distance de Naples est d'environ km et je compte environ 2h30 de route. Nous rejoignons la I75 Nord direction Tampa. En cours de route, juste après Fort Myers le ciel se déchaine et malgré des essuies glace à fond l'eau qui tombe en cascade masque la route et les véhicules devant malgré les feux allumés. Toute la circulation ralentit brusquement et passe de 70 à 40 mph. Il faut que tout le monde roule à peu près à la même allure en conservant ses distances.

Heureusement cela s'est arrêté au bout de 15 mn - une éternité - et la pluie est retombée "normalement". Notre sortie est la B vers le chapelet l'îles à l'ouest. Notre résidence est à Bradenton Beach sur l'île Anna Maria.

Elle est toute proche de la côté et il faut traverser un petit pont. Comme nous sommes partis plus tôt que prévu, nous sommes arrivés vers 12h30 et notre appartement n'était pas prêt les arrivées sont classiquement à partir de 15h. Comme nous avions repéré sur la route juste à côté de notre résidence un restaurant indien, nous nous y rendons C'était bon et nous étions les seuls clients dans la salle.

Comme j'avais laissé mon numéro de téléphone à la réception mais que je n'ai pas eu de coup de fil cela voulait dire que l'appartement n'était toujours pas prêts. Nous avons donc repris la voiture pour explorer notre nouvel environnement. Notre résidence est située au sud de l'île sur la partie la plus étroite où il n'y a qu'une seule route. D'un côté c'est la plage et de l'autre c'est le golfe. Notre appartement est très bien situé au premier et dernier étage de la résidence avec un balcon et une vue sur un petit jardin et le golfe.

Il nous faut juste traverser la route pour aller à la plage. Laquelle plage est très belle, grande et faite sable blanc et plutôt dur à base de "coquina". C'est une plage publique bien entendue, mais comme l"éternel problème en Floride et notamment sur le golfe du Mexique c'est l'accès et le stationnement.

A l'endroit où se trouve notre résidence c'est trop étroit pour pouvoir faire un quelconque parc de stationnement. Dans les faits ce ne sont que les résidents des "resorts" ou résidences secondaires qui peuvent profiter de la plage. Ceci dit il y a suffisamment d'hébergements en tout genre le long des immenses plages pour que tout le monde ait son bout de plage.

Le résultat est que les vacanciers, là où ils sont, ont à leur disposition de grandes étendues de plages. Au sud de l'île se trouve Coquina Beach, une très grande plage avec beaucoup de places de stationnement. L'île est très résidentielle avec quelques commerces et un Publix ouf. A 15h nous prenons possession de notre appartement 1 chambre et 1 salon dont nous sommes très satisfait notamment vis à vis de celui de Naples en terme d'équipement et d'exposition.

Une fois installés, nous allons au Publix faire les courses de la semaine, et nous prenons nos affaires pour aller profiter de la plage, d'autant plus qu'il a arrêté de pleuvoir. La résidence a mis à disposition des transats directement sur la plage. Il suffit de les trainer jusqu'au bord de l'eau. C'est très pratique d'autant plus que le sable est mouillé. Le temps est toujours couvert et il n'y a pas besoin de parasol.

Il y a quelques personnes sur la plage mais pas grand monde dans l'eau car la mer est agitée. Nous allons nous baigner mais pas très longtemps car les vagues sont fortes et les courants puissants. La température de l'eau - bien que plus fraiche que les jours précédents à Naples - est bonne. Nous prenons du Proseco en apéritif une boisson qui monte en puissance depuis quelques années tant aux Etats-Unis qu'en Grande Bretagne sur notre terrasse. Pour le diner, nous nous rendons à 21h dans un restaurant de poisson au bord de l'eau, le Seafood Shack, que nous avons repéré en arrivant.

Il se situe juste avant le pont qui mène dans l'île. Nous avons pris un "triple tail" poisson dont je n'avais jamais entendu parlé et un "crab cake".

Les deux étaient très bons. Nous étions installés juste au bord de l'eau dans la "presque" fraicheur du soir. Dimanche 26 juillet Lever à 6h et départ pour footing matinal avec désormais le smartphone et admirer le lever de soleil sur le golfe.

Il y a déjà quelques personnes sur la plage. Les oiseaux s'en donnent à coeur joie à cette heure là. Toute une zone de plage est carrément interdite aux baigneurs car c'est une zone de nidification d'oiseaux marins le "black skimmer". Cette zone est effectivement couverte d'oiseaux. Vers 10h nous partons visiter la ville de Saratosa toute proche 16 miles en empruntant la route qui est celle qui passe devant notre résidence et qui descend le long des îles côtières.

Il y a très peu de feu et cela roule très bien. Nous stationnons dans le "centre ville" downtown et allons au Visitor Center pour nous procurer quelques plans. L'employé qui est là semble manifestement content d'avoir de la visite et nous fait les honneurs de la ville. Il nous conseille d'aller au Ringling Museum que le lendemain lundi car c'est gratuit. Nous arpentons donc Main Street qui est l'artère commerçante de la ville. Il y a beaucoup de boutiques mais la plupart sont fermées ce dimanche.

Reste les restaurants et autres "cafés". Comme il est déjà midi et que l'un des restaurants le Patrick's nous attire pour "les meilleurs burgers de la ville", nous y entrons pour un déjeuner rapide d'uniquement un burger. Nos continuons un peu à visiter et nous reprenons la voiture pour visiter Siesta Key qui nous a été recommandée.

Nous empruntons une portion de l'incontournable Route 41 et aux alentours de l'hôpital nous constatons qu'il y a une multitude de bâtiments dédiés au médical et paramédical comme des cliniques dentaires, des chiropracteurs, des neurologues Siesta Key n'est pas loin. Nous allons directement à la plage en suivant les indications et là, surprise nous tombons sur un immense parking déjà quasiment plein avec des tas de voitures en embuscade pour trouver une place.

Est-ce parceque que nous sommes dimanche? Nous rebroussons chemin immédiatement direction "the village". Le village est LE lieu animé de Siesta Key avec surtout des restaurants,des boutiques de plage, de souvenirs, de glaces et même un supermarché. Nous nous baladons un peu et nous repartons vers le Lido et son Armands Circle. Ici tout est ouvert et il y a du monde.

Beaucoup de boutiques sont originales et certaines très tentantes pour les accros du shopping. Nous envisageons de passer le reste de l'après midi sur la plage, mais il se met à pleuvoir des cordes. Nous sommes même obligé d'attendre que la pluie se calme pour simplement sortir de la voiture stationnée au pied de notre résidence! La météo n'est pas de la partie et en zappant sur les chaînes du cable je vois que cela risque de ne pas s'arranger avant quelques jours puisqu'il y a même d'importantes inondations un peu au dessus de Tampa.

Lundi 27 juillet Lever 8h Le temps est couvert. A 8h45 la pluie commence à tomber et on ne voit quasiment plus l'horizon ni l'autre côté de la baie et encore moins le pont qui relie au continent.

Il y a heureusement des accalmies mais le temps restera à la pluie toute la journée. Nous décidons d'aller visiter le fameux domaine Ringling à Saratosa construit en Notre intérêt se porte principalement sur la demeure la Ca'd'Zan d'inspiration vénitienne. Il y a deux musées sur le domaine: Nous visitons donc en priorité la belle maison construite par John Ringling au bord de l'eau sur la baie de Saratosa. La visite simple ne comprend que le rez de chaussée et juste avant la sortie il y a un guichet pour acheter un complément de visite pour le 1er étage où se trouvent les chambres.

Nous prenons la première option, qui du coup nous fait refaire toute la visite de la maison mais guidée cette fois ci avec un groupe. Ee sortant de la visite la pluie vient juste de cesser et le temps est très couvert, ce qui n'est pas l'idéal pour les photos d'extérieur de la maison.

Ensuite nous visitons le Museum of Art en partie seulement qui dispose de quelques belles pièces. En sortant, la pluie se met à tomber. Puis nous allons visiter le musée du cirque dont les pièces maitresses à mon avis sont la collection de modèles réduits miniatures et la maquette très réussie de l'installation d'un train d'un cirque à grand spectacle venant d'arriver à la gare de Knoxville.

A la sortie de la visite c'est le déluge dehors. Nous attendons un peu mais comme cela semblait parti pour durer, nous avons pris quelques sacs à parapluies pour nous protéger les épaules et les appareils électroniques il y en a partout en Floride que ce soit dans les magasins ou les édifices qui reçoivent du public, avec parfois même des K-Way à disposition!

Direction Saint Petersburg de l'autre côté de la baie de Tampa à environ 1h de voiture. Nous préférons passer par la I75 car il y a de nombreux feux sur la route Il faut ensuite prendre l'embranchement pour la I qui nous fait traverser la baie sur des ponts.

Cela doit être magnifique quand il fait beau, mais il pleut sans arrêt. Nous avons continué tout droit jusqu'à la I qui se termine en plein centre ville. Nous nous dirigeons vers le lieu emblématique de Saint Petersburg: Nous repayons le stationnement et nous arpentons le secteur. Seul le front de mer est un peu animé avec des restaurants et des bars plutôt chics et chers. Nous faisons un peu de shopping dans une boutique Tommy Bahama une chaîne qui prend de l'ampleur et a bien agrandie sa gamme de vêtements et prenons un pot dans un pub en "happy hours".

Le peu de temps que nous sommes restés dans cette ville qui se veut plutôt classe est qu'on se la pète à Saint Pete. Ce que nous avons retenu des conversations environnantes c'est en effet qu'il faut dire Saint Pete et non pas Saint Petersburg.

Et pourtant nous avons vu pas mal de déshérités aux alentours du centre. Le bord de l'eau et le pier sont les lieux incontournables de la ville, mais à part ça on peut se passer de la visite. Sur le retour nous nous arrêtons à Ellenton où se trouve un "outlet" assez important. Il commence à se faire tard il est environ 20h mais tout est encore ouvert.

Comme nous avons déjà fait presque tous les achats prévus c'est vraiment pour du complémentaire au cas où. Nous achetons juste 2 petites pièces et nous repartons. Nous décidons de nous rendre directement à diner dans un restaurant sur le retour. Comme nous rentrons par la route 70, nous nous arrêtons juste avant le pont qui mène à Anna Maria Island au Seafood Shak où nous avions diné samedi soir.

Sur place on nous annonce que les cuisines sont éteintes depuis 20 minutes et que l'on ne peut plus diner. Nous sommes un peu surpris car il n'est "que" 21h20 et que jusqu'à présent nous n'avions pas eu d'avoir besoin de nous préoccuper des horaires. Nous poursuivons notre route et allons directement vers l'"historic bridge" de l'île. L'endroit est animé et nous trouvons à nous garer sans trop de peine. Première tentative et premier échec dans un endroit très animé et très bruyant avec de la live music tout au bout de la rue.

La cuisine est fermée là aussi. Nous rebroussons chemin et nous avisons des gens attablés dans une maison qui pourrait être un restaurant. Effectivement s'en est un. La personne qui nous accueille hésite un peu avant de nous dire qu'on peut finalement y diner. Nous commandons des crevettes et un grouper poisson local et une bouteille de vin de Californie pour nous remettre de nos émotions.

C'était vraiment très bon. Le retour est très rapide car notre résidence est à environ 2km. Mardi 28 Juillet Première chose à faire le matin: Dehors il fait gris et il vient de pleuvoir à verse c'est ce qui m'a réveillé. En consultant ma tablette je cherche un endroit pas trop loin où le temps est plus clément et surtout où il ne pleut pas. Le choix se porte sur Venice un peu plus au sud.

Après tout nous étions bien à Naples la semaine précédente. C'est vendu, ce sera Venice pour y passer la journée. Le temps de se préparer la météo s'est calmée et le temps est dégagé IL se met à pleuvoir en cours de route et nous sommes à deux doigts de faire demi tour, mais nous poursuivons notre route. Ce n'est pas très loin à l'américaine et c'est presque tout droit mais il nous faut tout de même 1h pour y arriver.

Nous nous installons un peu par hasard sur une plage au pied du Venice fishing pier pas très loin du petit aérodrome local. L'endroit est assez sauvage et il y a un peu de monde sur la plage. Laquelle plage est d'aspect assez moyen avec beaucoup d'algues à la fois sur le bord de la plage et dans l'eau. La température de l'eau est bonne mais c'est impossible de nager correctement avec les vagues.

Quelques gouttes font leur apparition mais nous restons. Des nuages menaçants apparaissent dans le lointain. Par mesure de précaution nous quittons la plage. Nous allons voir le pier. Un restaurant et une boutique de souvenir sont installés juste à l'entrée. La plage du côté gauche est plus sympathique que du côté droit avec beaucoup moins d'algues.

Quelques pêcheurs sont à l'oeuvre au bout de la jetée. Nous reprenons la voiture et nous rendons dans la rue principale "Venice Avenue" bordée de boutiques et de restaurants.

Nous continuons vers la plage du bout de l'avenue. Nous nous y installons pour le reste de l'après midi. Le soleil refait son apparition. La plage est surveillée mais le drapeau est rouge. On peut se baigner mais pas nager à cause des gros rouleaux. Mais c'est amusant que de les affronter tout en restant là ou on a pied car les courants et les vagues sont très puissants. Ensuite nous reprenons la route vers notre résidence.

Le temps s'est dégagé et le soleil commence à se coucher. Le ciel commence à rougeoyer et nous nous arrêtons à la pointe sud de Anna Maria Island à Coquina Beach pour admirer le coucher de soleil. Mercredi 29 juillet Temps couverte et pluie dès le matin. Le mémorial De Soto est un parc d'Etat d'environ 11 ha avec quelques fortifications et cabanes reconstituées, un centre des visiteurs qui propose des cartes, des explications et un film reconstituant l'expédition.

Deux sentiers de promenade sont aménagés. Attention à la météo et attention aux moustiques! Sur la ville de Bradenton il n'y a rien à dire car elle n'a aucun intérêt spécifique.

L'autre centre d'intérêt cité par les guides est le Manatee Village Historical Park. Nous en avons fait le tour En effet il s'agit d'un bloc dans la ville entouré de 4 rues minuscule avec quelques maisons "anciennes" XIXe reconstruites Le seul vrai intérêt de Bredenton ce sont les plages et l'île d'Anna Maria.

Comme il est plus de 14h, nous décidons d'aller déjeuner sur Anna Maria Island dans un endroit qui semble être le coeur "historique" commercial de l'île. Notre choix se porte sur le restaurant Lobstah qui propose principalement des fruits de mer. Ce fut un bon choix. Le restaurant et le bar sont fréquentés et la cuisine est bonne.

Dans la perspective d'y revenir nous avons regardé les horaires d'ouverture et nous avons constaté que ici aussi les cuisines ferment à 21h du lundi au vendredi et à 22h le samedi et le dimanche. Cela semble être la norme au moins sur l'île sinon dans le comté de Manatee. Nous retournons à notre résidence qui se trouve quelques miles plus au sud.

Après midi plage et lecture. Le ciel est mitigé avec au début du soleil et ensuite une couverture nuageuse qui ne cessera plus jusqu'au soir. Sur le chemin du retour en voiture nous avions aperçu le drapeau jaune pour la baignade sur les cabanes des plages surveillées. En fait la mer est la même depuis que nous sommes arrivés. La température de l'eau et de l'air s'est rafraichie depuis quelques jours mais reste bonne.

Par contre il y a du vent et en sortant de l'eau la sensation de froid est inhabituelle depuis le début de nos vacances en Floride. Nous restons un peu et nous rentrons à l'appartement. Nous effectuons un passage dans une station service. Jeudi 30 juillet Orages et fortes pluies toute la nuit. Le soleil apparaît juste en début de matinée pour revenir ensuite par intermittence pendant toute la journée.

La pluie aussi est par intermittence. Histoire de sortir un peu, nous allons voir à quoi ressemble le De Soto Square Mall qui est indiqué comme une référence par notre résidence.

Sur place nous ne faisons qu'un petit tour en fait d'un bout à l'autre du JC Penney au Sears, les 2 locomotives du centre commercial. C'est un centre commercial "à l'ancienne" c'est à dire fermé sur lui même pas attirant de l'extérieur donc et à l'intérieur les boutiques sont tout à fait quelconques voire même plutôt bas de gamme malgré la présence de plusieurs bijoutiers et "marchands d'or".

De nombreux emplacements sont vide. Nous ressortons assez rapidement. Déjeuner à l'appartement et direction la plage. Le temps est alternativement couvert et ensoleillé. L'eau est un peu plus fraîche selon les standards floridiens mais très bonne. Les vagues sont toujours importantes. Il y a toujours du vent et en fin d'après midi il se met à forcir jusqu'à souffler les parasols et une petite pluie se met à tomber. Pour diner nous retournons au restaurant de poissons Seafood Shack juste de l'autre côté du pont.

Vendredi 31 juillet Pluie toute la journée. La fin de matinée sera consacrée à une séance de pédicure-manucure et à quelques dernières courses d'appoint. Ensuite ce sera lecture et faire les bagages en respectant les limitations de poids. Pour le diner nous retournons au Lobstah. A noter que comme dans de très nombreux restaurants, il y a un menu et des tarifs pour le déjeuner et pour le diner qui sont différents.

En tout cas la salle est quasiment pleine en ce vendredi soir. Samedi 1er août C'est la fin des vacances et il faut reprendre l'avion.

Nous rendons les clefs de l'appartement à 10h et nous reprenons la route direction l'I75 après avoir fait le plein du réservoir d'essence. Vers 12h30 nous sommes aux alentours de Naples ou nous faisons notre pause déjeuner.

Nous stationnons le long de la fameuse 5th avenue et cherchons un endroit pour déjeuner. Beaucoup de restaurants sont fermés ours congés.

Nous portons notre choix sur le restaurant de l'hôtel Inn on the 5th. C'est bien mais le service était long et le rapport qualité au final décevant. Nous reprenons la route a 14h30 pour la longue et monotone traversée des Everglades. Nous arrivons aux abords de la conurbation de Miami vers 16h. Je reste sur la I75 jusqu'à la route 27 pour sortir et refaire le plein du véhicule pour le rendre le réservoir plein.

Nous sommes proches de l'aéroport mais il n'y a aucun panneau indicateur qui l'indique. Je me fais préciser la route a la station service qui se trouve être en plein quartier hispanique ou tout le monde parle espagnol et les magasins et leurs enseignes sont également en espagnol.

Le pompiste me dit de continuer jusqu'à la 42eme rue. Il faut faire attention au fait que le numéro de rues diminuent à certains endroits jusqu'à une grande avenue ou route qui marque la démarcation entre sud et nord ou ouest et est. C'est la cas ici et c'est trompeur pour qui ne le sait pas. Arrive au bâtiment des locations de voitures qui se trouve avant l'aéroport et surtout à part.

La restitution du véhicule est comme attendu très simple et rapide. A nous sommes bien en avance pour notre vol de 20h30 et nous avons tout le temps de prendre un pot. Nous sommes sur le vol AF L'embarquement se fait à l'heure et il y a largement de la place dans les coffres à bagages. A Roissy il nous faut quand même 1h pour récupérer les bagages et prendre le bus navette pour rejoindre le parking ou notre voiture est stationnée.

Réveil à 5h du matin pour être prêts à partir pour l'aéroport de Roissy CDG à 6h Cela a fait l'objet d'une rubrique au journal de 20h avec une nouveauté: Bref, il fallait mieux prévoir large En ce vendredi matin dès 6h30, la route de l'aéroport la Francilienne est absolument dégagée et ne faut que 45 petites minutes en respectant les limitations de vitesse, pour rejoindre Charles de Gaulle.

Le parking PAB jouxte le Terminal 2 d'oû part notre vol. Notre voyage s'effectuera sur US Airways - qui a absorbé il y a peu son compatriote American Airlines dont il va reprendre l'enseigne. En attendant la fusion totale, les 2 compagnies partagent bien évidement leurs codes et opèrent sous leur pavillon d'origine. Notre vol AA de 11h décollera donc du Terminal 2A.

Comme nous sommes très en avance, et que US Airways accepte indistinctement l'enregistrement de tous ses vols à destination des Etats-Unis, nous pouvons donc déposer rapidement et tranquillement nos bagages enregistrés sans aucune file d'attente.

Nous pouvons donc passer à l'étape suivante: L'embarquement se fait dans les temps et l'avion décolle à l'heure. Petit détail qui a son importance: Le temps de trajet prévu au départ pour 9h a été en réalité plus rapide d'environ 30 mn.

Après le décollage, l'avion s'est dirigé plein nord vers l'Angleterre, puis a survolé l'Irlande du Nord, longé le Groenland avant d'atteindre le continent nord-américain par le Québec et de redescendre vers Boston, New York puis les Carolines. L'escale à Charlotte était assez courte 2 heures et je m'inquiétait un peu car aux Etats-Unis, les formalités d'immigration s'effectuent au premier point d'arrivée sur le territoire. Je me réjouissait donc de l'avance prise sur l'horaire Effectivement, la salle était bondée et la file d'attente interminable et qui avançait très lentement.

J'ai donc avisé une fonctionnaire de la TSA qui passait et - ainsi que d'autres voyageurs - nous avons pu prendre la file des résidents américains qui s'était vidée. La condition principale d'accès à cette file était surtout le fait que nous avions une exemption de visa ESTA utilisée plusieurs fois au fil des années. Nous sommes donc passés rapidement, pour ensuite récupérer tout aussi rapidement nos bagages déjà arrivés dans la salle contiguë et redéposés tout aussi rapidement au comptoir puisque toute cette partie de l'aéroport est exclusivement dédiée à US Airways.

La salle d'embarquement pour Daytona Beach était à proximité. L'avion régional était un Embraer de petite taille et le vol était plein. A l'arrivée tout a été très rapide, que ce soit la récupération des bagages uniquement 2 tapis à bagages: Notre résidence pour ces 3 semaines est le Wyndham Ocean Walk, un grand ensemble de deux immeubles et 5 piscines excellement situé sur la plage et à côté de LA promenade piétonne qui va jusqu'au Pier.

De plus comme nous y restons 3 semaines nous avons eu droit à un appartement superbe. La fenêtre de la chambre et la baie vitre du salon donnent sur la mer. Nous avons un petit balcon et l'appartement est aux standards américains, c'est à dire que sa superficie est d'environ 50 m2 avec climatisation bien entendu.

Nous avons pris la chambre vers 18h, et sommes repartis faire les 1ères courses eau, café Publix a quasiment trusté la Floride et à Daytona Beach c'est le summum.

Nous sommes ressortis vers 21h pour diner à l'Oyster Bar sur Seabreaze Boulevard. Nous nous sommes ensuite effondrés au lit car cela fait presque 24h que nous étions debout.

Samedi 9 août Réveil à 7h. Le soleil est déjà levé et commence doucement à chauffer. Il y a des personnes sur la plage qui marchent ou qui courent. Nous prenons tranquillement le petit déjeuner sur la terrasse. Il fait déjà chaud. Dès 8h les concessionnaires de la plage plagistes et autres vendeurs ambulants s'installent et stationnent directement leurs camions à remorques sur la plage.

A noter toutefois que les plage sont publiques et que l'on peu tout aussi bien s'installer à côté d'eux. Mais premier arrivé premier servi, ils sont tout le temps arrivés avant les baigneurs. Ensuite nous allons à pied à la découverte des environs immédiat.

La résidence est situé au coeur de la station tout près de la promenade de bord de mer Boardwalk et du centre des festivités. Nous marchons donc en direction du Pier large jetée en bois. Nous en profitons pour redescendre sur la plage afin de questionner les plagistes sur leurs tarifs. Nous allons donc faire comme chaque année quand nous allons dans une destination qui nécessite de prendre l'avions: L'achat est très vite amorti.

Sur la promenade se trouve une mini fête foraine permanente avec un circuit de kart vitesse lente et moteur de tondeuse à gazon , une grande roue, une montagne russe et autres joyeusetés.

Nous allons jusqu'au bout du Pier - qui n'est pas très long - et très fréquenté par des pêcheurs à la ligne qui ont souvent un équipement très impressionnant notamment en matière logistique avec des chariots perfectionnés qui comprennent des glacières parfois réfrigérées au moment d'une batterie. Nous poursuivons jusqu'à Main Street qui est très calme. Quelques bar restaurants sont ouverts et fréquentés par des bikers en Harley Davidson.

Pour le midi nous décidons d'aller déjeuner au Sloppy Joe's Bar - un émanation de l'original qui se trouve à Key West - Les plats sont copieux et assez bouratifs en fait. L'après midi nous prenons la route A1A au sud jusqu'au bout de l'île soit à Ponce de Leon Inlet, pour visiter le phare. Le trajet n'est pas très long. La station du phare comprend outre le phare lui même, la visite des bâtiments et habitations des familles des gardiens au moins 3 familles.

L'endroit est sympa et la vue d'en haut superbe sur les environs. Au retour nous préparons nos affaires pour profiter de la plage et nous baigner. Comme attendu l'eau est chaude. Par contre nager est un peu difficile car la mer est un peu agitée et il y a des rouleaux. Le soir nous avons eu droit à un concert Live juste en bas sur la place piétonne de la promenade qui se trouve juste à côté de la résidence.





Links:
Méthode de trading forex la plus rentable | Téléchargement du système 5 ema forex | Notation des courtiers forex 2017 | Commentaires sur les options binaires | Forex materiale plastico prezzo | Service gratuit de signalisation commerciale | Jimmy young forex londres | Pa options dactions fiscales locales |